AccueilS'enregistrerMembresCalendrierGroupesRechercherFAQConnexion

Partagez | 
 

 [*] Trouble du comportement en sommeil paradoxal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arayashiki
Onironaute administrateur
Onironaute administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 474
Age : 36
Localisation - âge : Montpellier
Date d'inscription : 24/02/2006

MessageSujet: [*] Trouble du comportement en sommeil paradoxal   Sam 2 Déc - 23:57

Trouble du comportement en sommeil paradoxal


1. Définition, classification :

Le trouble du comportement en sommeil paradoxal, fait partie des troubles du sommeil, plus précisément des parasomnies, elle-même spécifique du sommeil paradoxal(SP), tout comme les cauchemars et les paralysies du sommeil.

2. Aspects cliniques :


a. Diagnostic positif :

Ils correspondent à la mise en acte d'un rêve, due à l'absence de l'atonie musculaire spécifique de ce type de sommeil. Alors que le sujet est profondément endormi, il se met tout à coup à parler, crier, gesticuler avec brusquerie. Il donne des coups, se précipite sur son partenaire ou saute violemment hors du lit. Il n'est pas rare que cette agitation occasionne des contusions ou même des fractures. Lorsqu'on le réveille, le sujet peut raconter qu'il se trouvait pris en plein dans l'action d'un rêveou assez souvent d'un cauchemar : il essayait par exemple de protéger son partenaire d'un danger. Ces rêves comportent toujours une part de violence, et il existe une concordance entre ce que le sujet rêve et ce qu'il fait. Cette forme typique du TCSP, est en fait rare, plus souvent les mouvements observés lors des enregistrements sont beaucoup moins élaborés et ne peuvent être spécifiquement reliés au contenu onirique. Des formes infra-cliniques existent, on parle SP dissocié. En effet, l'une des caractéristiques du SP consiste en une atonie musculaire, c'est à dire l'absence de tonus musculaire. Chez ces patients, on peut observer que l'atonie musculaire n'est pas complète.

b. Diagnostic différentiel :


1 Somnambulisme :

Le trouble pourrait facilement être confondu avec le somnambulisme, pourtant de nombreux éléments les distinguent :
* Le somnambulisme survient surtout chez l'enfant et l'adulte jeune
* Le somnambulisme est une parasomnie par trouble de l'éveil, le sujet n'est pas en train de rêver
* L'activité motrice du TCSP est bien moins élaborée que celle du somnambulisme

2 Terreurs nocturnes :
C'est une parasomnie par trouble de l'éveil Elles relèvent du même mécanisme physiopathologique que le somnambulisme. Les 2 troubles (auxquels on pourraient même ajouter les éveils confusionnels) pourraient d'ailleurs constituer 2 modes d'expression différents d'une même entité pathologique.

3 Eveils confusionnels :
C'est une parasomnie par trouble de l'éveil. Le sujet se réveille dans un état de confusion, parfois d'agitation, pouvant de façon exceptionnelle aboutir à des agressions violentes du partenaire... Les éveils confusionnels, contrairement aux 2 précédentes parasomnies, peuvent survenir durant la sieste.


3. Epidémiologie, étiologies :

Le TCSP est une entité pathologique découverte récemment, en 1986, est beaucoup plus fréquent chez l'homme que chez la femme, et commence le plus souvent après 50 ans. L'étiologie précise des troubles reste discutée : elle est certainement plurifactorielle. Des facteurs toxiques ou médicamenteux peuvent favoriser leur apparition. De nombreuses lésions, sous-corticales vasculaires, tumorales, mais surtout dégénératives pourraient jouer un rôle causal. Les syndromes dégénératifs avec syndrome parkinsonien (parkinson seraient souvent impliqués dans la genèse d'un TCSP. Dans la démence à corps de Lewy, ce trouble du sommeil est particulièrement fréquent. Par ailleurs, la survenue d'un TCSP pourrait avoir une valeur prédictive, précédant de plusieurs années l'apparition d'un syndrome parkinsonien. Cependant, il existe d'authentiques TCSP qui ne semblent pas dépendre d'une autre pathologie (TCSP idiopathique)


4. Traitement :
Le TCSP répond très bien au traitement médicamenteux, Clonazépam notamment.


5. Physiopathologie :

Les altérations biochimiques causales restent mal connues mais une perturbation de la balance dopamino-cholinergique et de la transmission sérotoninergique pourraient jouer un rôle de premier plan.


6. Historique :
Un trouble équivalent à été observé chez le chat. Dès 1965, Michel Jouvet et l'école de Lyon ont étudié l'effet causé sur cet animal par de petites lésions pratiquées dans une région du tronc cérébral qui suppriment l'atonie musculaire du stade paradoxal. Chez les animaux ainsi opérés on observe le comportement en même temps qu'on enregistre en continu leurs états de vigilance. Dès le début du stade paradoxal repéré sur les enregistrements encéphalographiques, l'animal lève la tête et semble regarder autour de lui. Cependant sa membrane nictitante (la troisième paupière des chats) reste abaissée, ce qui n'est jamais le cas dans l'éveil, et il ne réagit pas aux stimulations visuelles ou auditives. Ensuite, il peut présenter une variété de comportements tels que la marche, l'exploration de la cage, la poursuite d'un objet imaginaire, la peur, la rage, l'attaque ou le toilettage. Des comportements sexuels tels que l'incurvation du dos chez la femelle peuvent aussi être observés.

Ces comportements sont imprévisibles et ne sont pas dirigés vers un but. L'animal est aveugle et sourd, dans son monde à lui. L'association de ces comportements avec le sommeil paradoxal permet de dire que ce sont des rêves agis.


Références :
Les troubles du sommeil, Ed. Masson, Yves Dauvilliers, Michel Billiard, Alain Besset
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onirolabe.bbfr.net
magdalene
Aspirant onironaute
Aspirant onironaute


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 16/04/2008

MessageSujet: Re: [*] Trouble du comportement en sommeil paradoxal   Mer 16 Avr - 23:48

Je viens de découvrir que j'avais des troubles du comportement en sommeil paradoxal. Mes problèmes existent depuis ma tendre enfance. Mon père ma raconté qu'à 4-5 ans déjà, je frappais les murs ou que je me levais en hurlant. On a toujours cru que c'était du somnanbulisme, mais hier grâce à une émission de tv j'ai pu mettre un nom à ce qui m'arrive.
J'ai 25 ans et je continue à vivre physiquement mes nuits régulièrement.
Il m'arrive même de faire plusieurs crises en une nuit. Je me suis déjà blessée légèrement mais mon pire souvenir reste la fois où j'ai littéralement étranglé ma tante. Dans mon rêve je sauvais quelqu'un, mais en réalité ma tante a eu une grosse frayeur.Par chance, elle est prof de self-défense!!

C'est épuisant et surtout j'aimerai comprendre ce manque d'atonie musculaire à l'origine de ces troubles. Cela va faire 20 ans que ça dure, et j'espère que ça ne va pas durer 20 ans de plus.S'endormir devient angoissant et dangereux. Après chaque crise j'ai le coeur qui bat trop rapidement ce qui me fait très mal, j'ai peur de ce qu'il pourrait m'arriver en conséquence d'une crise.

Si vous vivez la même chose, si vous avez des conseils dites les Merci!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
klodya
Aspirant onironaute
Aspirant onironaute


Féminin Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 13/07/2009

MessageSujet: mon trouble du sommeil est-il responsable de ma dépréssion?   Lun 13 Juil - 5:51

j'ai 25 ans et j'ai un gros problème avec mon sommeil. Depuis toute petite lorsque je dors je suis très agitée (je bouge, donne des coups ou grimpe sur le dos de mon voisin...) et il m'arrive de parler (raconter ma journée, mes colères refoulées, et bien d'autres choses qui n'ont ni queue ni tête) , de crier ou de pleurer. Jusqu'à aujourd'hui cela continu. Le matin quand je me réveil je ne me sens pas très bien , j'ai l'impression de ne pas avoir dormi,je reste longtemps dans le brouillard, je me sens constamment fatiguée durant toute la matinée. Cette sensation de fatigue s'est accentuée avec les années et a finalement conduit à me sentir de plus en plus déprimée. Puis, au cours du temps d'autres symptômes de dépression sont apparus et m'ont poussée à finalement voir un psychiatre qui m'a mise sous antidépresseur et ( cela fait 4ans maintenant) et un psychologue. Cependant je ne vois pas d'amélioration sur la guérison de ma dépression. Je me suis finalement demandée si l'on ne se trompait pas d'ennemi. Mon trouble du sommeil ne pourrait-il pas être à l'origine de ma dépression? Finalement la vrai question est du style qui de l'œuf ou de la poule est apparue le premier?Je me sens perdue et j'ai très envie de m'en sortir. Je ne sais plus vers qui ni quoi me tournée, je suis désespérée par ces deux problèmes.

J'espère que vous pourrez me répondre à ces différentes questions que je me pose:
-Comment peut-on qualifier mon trouble du sommeil?
-Ce trouble du sommeil peut -il être à l'origine de ma dépression?
-Existe-il une solution pour résoudre ce trouble du sommeil?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [*] Trouble du comportement en sommeil paradoxal   

Revenir en haut Aller en bas
 
[*] Trouble du comportement en sommeil paradoxal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Troubles du comportement en sommeil paradoxal ?
» sommeil paradoxal ... paradoxal !
» qu'est ce qu'un trouble du comportement?
» sommeil et amaigrissement, colopathie et migraine
» Trouble du sommeil lié au rythme circadien (Auparavant Trouble du rythme veille-sommeil) - DSM-IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Onirolabe :: Le laboratoire de l'Onirolabe :: Troubles du sommeil-
Sauter vers: